Le blog de Zoelia Le Blog des animaux bien élevés
  • scissors
    octobre 15th, 2010GabrielleAviculture

    Poules en liberté

    Le picage chez les volailles, notamment les poules, est un phénomène qui peut conduire au cannibalisme, et à la mort de certains animaux.
    Plusieurs composantes sont à considérer dans ce phénomène complexe, et selon leur prépondérance, les solutions à mettre en place pour enrayer le picage sont différentes, ou complémentaires.
    Le picage est principalement lié aux conditions d’élevage, à des carences alimentaires ou au phénomène de ponte.

    Parmi les conditions d’élevage, les principales causes de stress conduisant au picage, sont :
    – le surpeuplement dû au manque d’espace,
    – la chaleur excessive,
    – une lumière trop forte,
    – une aération insuffisante,
    – un taux d’humidité trop important,
    – une difficulté d’accès à la nourriture et à la boisson, ou simplement une insuffisance,
    – un « mélange » de races, de lignées ou d’individus d’âges différents.

    D’autre part, l’équilibre alimentaire des volailles nécessite un apport de protéines, qu’elles ne trouvent pas toujours lorsqu’elles sont nourries au grain et privées d’un accès extérieur. En effet, l’accès à un parcours herbeux leur permet de se procurer les protéines végétales et animales indispensables grâce aux vers et insectes qu’elles chassent et aux végétaux qu’elles consomment.

    Concernant les poules pondeuses, il faut également tenir compte du phénomène attractif de la couleur rouge.
    En effet, au moment où l’oeuf est expulsé, une petite partie de l’oviducte est visible pendant un court moment (un cas extrême pouvant conduire à un prolapsus). Cette partie, très rouge, attire certaines congénères qui se mettent à donner des coups de bec, provoquant ainsi des écoulements de sang. L’attrait du sang est tel que la pondeuse devient rapidement victime de cannibalisme par ses congénères.
    Pour limiter ce risque, il est conseillé de placer les pondoirs dans une zone obscure du poulailler, et d’en installer une nombre suffisant.

    Il existe quelques produits spécifiques qui permettent de limiter le picage.
    – PICAGIX : complément alimentaire à base d’acides aminés, spécifiquement formulé pour palier aux carences protéiques qui conduisent les volailles au picage.
    UKADEX : répulsif destiné à repousser les attaques du fait de son odeur très puissante
    ALUFILM : pour camoufler et isoler les plaies dues au picage.

    Il y a donc deux types d’action à mettre en oeuvre :
    – soigner les victimes,
    – supprimer les causes de picage chez les poules agressives.

    Pour limiter les conséquences du picage au niveau des victimes, il est conseillé de traiter les plaies, à l’aide d’un produit vétérinaire adapté, tel PICRI-BAUME, et de permettre leur cicatrisation.
    Pour cela, il est nécessaire d’isoler la volaille victime. Si cela n’est pas possible, il faut impérativement camoufler les plaies à l’aide d’un spray d’aluminium micronisé (ALUFILM) ; cela favorise la cicatrisation des plaies et limite leur attractivité due à la couleur rouge.

    D’autre part, parmi les améliorations à mettre en oeuvre , outre les conditions propres à l’élevage (locaux, accès extérieur, surpeuplement…), il est possible de corriger une carence alimentaire par apport de compléments :
    PICAGIX : un complément purement protéique et spécifique au picage
    VITAVIL AMINE : un complexe vitaminique complet supplémenté en acides aminés pour équilibrer les apport (peut être utilisé après une cure de PICAGIX)
    – apport de sel de cuisine durant quelques jours (dans l’eau de boisson ou dans une préparation)

    Pour occuper les volailles, la mise à disposition d’objets à picorer (blocs minéraux, épis de maïs, choux…) permet de dissiper l’agressivité chez certains sujets.