Le blog de Zoelia Le Blog des animaux bien élevés
  • Reconnaître et agir en cas de Myopathie Atypique chez un équidé

    0
    scissors
    septembre 4th, 2015GabrielleChevaux Poneys Anes

     

    La Myopathie Atypique (MA) des équidés est une maladie non contagieuse, généralement fatale qui peut concerner tous les types d’équidés en France et en Europe.

    Un dépistage précoce pourrait améliorer le pronostic de l’animal atteint ou au moins permettre de soulager ses souffrances, mais aussi de sauvegarder le reste du troupeau évoluant sur la même pâture.

    Quelques connaissances sur la maladie assurent une meilleure compréhension pour un dépistage rapide et la mise en place des premières mesures.

    acer-pseudoplatanus-erable-sycomore-myopathie-atypique-equides

     

     

    • CE QU’IL FAUT SAVOIR SUR LA MYOPATHIE ATYPIQUE DES EQUIDES (MA)

    La MA est une maladie saisonnière qui sévit à l’automne et au printemps.
    Elle n’est pas contagieuse, mais plusieurs chevaux séjournant dans un même pré peuvent la développer en même temps.
    Sa localisation s’étend sur toute l’Europe, principalement en Allemagne, en Belgique et en France.
    Elle concerne tous les équidés (chevaux de trait, de selle, poneys, ânes, zèbres)
    L’agent responsable est une toxine (hypoglycine) présente dans les graines de certains arbres du genre des érables (Acer) dont l’érable sycomore (Acer pseudoplatanus). L’érable sycomore est un arbre de 20 à 30 mètres de haut, dont les feuilles présentent 5 lobes arrondis et dont les fruits (samares) sont disséminés sur de grandes distances par le vent comme de petits hélicoptères, ce qui augmente le rayon de contamination.
    Les causes de la MA sont dues à l’action de la toxine : l’hypoglycine engendre des désordres biochimiques qui portent atteinte au métabolisme musculaire et entrainent une dégénérescence sévère des muscles posturaux, respiratoires et du myocarde.
    La mortalité est élevée, en effet la MA est fatale dans 85 % des cas.

    • LES SIGNES CLINIQUES DE LA MYOPATHIE ATYPIQUES DES EQUIDES

    Dans plus de la moitié des cas, les signes suivants sont observés :
    – émission d’une urine foncée due à la présence de myoglobine (93 %)
    – faiblesse généralisée (85 %)
    – raideurs (83 %)
    – psychisme déprimé (80 %)
    – fréquence cardiaque augmentée : supérieure à 45 battements par minute (79 %)
    – cheval couché sur le flanc (78 %)
    – appétit conservé (72 %)
    – tremblements (68 %)
    – sudation (64 %)
    – température rectale normale : 37-38°C (60 %)
    – distension de la vessie (58 %)

    Dans moins de la moitié des cas, les signes suivants ont été observés :
    – difficultés respiratoires (49 %)
    – hypothermie : température rectale inférieure à 37°C (29 %)
    – anorexie (28 %)
    – difficulté à déglutir (23 %)
    – appétit exacerbé (18 %)
    – hyperthermie : température rectale supérieure à 38 °C  (11 %)

    • TRAITEMENT ET PREVENTION

    Il n’existe actuellement aucune antidote de la toxine responsable.

    Lorsque la MA est déclarée les seuls traitements à administrer sont symptomatiques, c’est à dire qu’ils ne visent pas à lutter directement contre la toxine responsable, mais leur l’objectif est de combattre les manifestations cliniques de son action :
    – réduire la souffrance de l’animal,
    – limiter la destruction musculaire,
    – assurer l’hydratation,
    – soutenir la fonction rénale.

    Le traitement conseillé repose sur l’administration de vitamines, antioxydants et carnithine.

    La prévention repose sur l’élimination de la cause de la maladie, à savoir l’ingestion des fruits de sycomore.
    Il faut donc éviter de placer des chevaux dans une patûre se trouvant à proximité d’érables sycomores, principalement à l’automne et au printemps. Cependant, cette solution n’est pas totalement satisfaisante, car les fruits de sycomore sont disséminés sur de grands périmètres par le vent. D’autre part, il n’est pas exclu que la toxine responsable soit également produite par d’autres arbres.

    • CONDUITE A TENIR EN CAS DE MYOPATHIE ATYPIQUE

    Les symptômes décrits ci-dessus, caractéristiques du dysfonctionnement musculaire de la MA, permettent au propriétaire de suspecter l’apparition de la maladie et de prendre les mesures d’urgence suivantes :
    – prévenir le vétérinaire
    – déplacer un minimum le cheval car tout mouvement agrave la destruction musculaire,
    – mais si le cheval n’est pas couché, l’idéal est de le déplacer à un endroit permettant les soins, à l’écurie ou sous un abri
    – si hypothermie : réchauffer le cheval
    – si sudation : bouchonner
    – si le cheval a faim, s’assurer qu’il puisse déglutir et lui donner de petites quantités d’aliments concentrés
    – si le cheval ne peut pas manger, lui donner du sucre et de l’eau sucrée
    – récolter son urine si possible.

    Si le cheval atteint se trouvait au pré avec d’autres équidés, et même si ceux-ci semblent sains, les rentrer à l’écurie et les priver de pâture afin de pouvoir observer l’éventuelle apparition des symptômes de la MA.

    • RESEAU DE SURVEILLANCE

    Afin de collecter les informations concernant la MA, un réseau de surveillance a été mis en place dès 2002 en France.
    La MA doit être déclarée afin suivre l’émergence de séries cliniques.

    Source : RESPE

     

     

     

Leave a reply

*